Dans la lutte contre l’exclusion bancaire, le Togo base une partie de ses efforts sur le développement de la microfinance. Progressivement, l’accès aux crédits des populations s’améliore. Chaque année, des femmes, jeunes, entrepreneurs accèdent aux ressources dont ils ont besoin pour le développement de leurs affaires.

Elles font 51% de la population totale et 53,7% des actifs contre 46,3% pour les hommes. La place de la femme au sein de la société et l’économie togolaise a toujours été essentielle. Elle l’est davantage au cours de ces années durant lesquelles le gouvernement fait de la promotion des initiatives féminines un véritable projet d’avenir.

Le Togo veut élargir le champ d’intervention du Fonds national de la finance inclusive (FNFI), favoriser l’accès d’un plus grand nombre de citoyens aux services financiers. Et, in fine, renforcer l’inclusion et l’harmonie sociales ainsi que la consolidation de la paix.

Garantir un mieux-être, Faure Gnassingbé en a fait une priorité. Des offensives ont été lancées pour relever les défis socioéconomiques. Pour de meilleurs résultats, le chef de l’Etat a jugé bon d’être à l’écoute des populations à travers une politique de proximité.

Créer une entreprise au Togo est simple et rapide. Mais avant, il faut avoir un fonds de base suffisant pour lancer les activités une bonne fois pour toutes. C’est bien là tout le problème. Les pouvoirs publics ont alors créé des mécanismes de facilitation et d’octroi de crédits qui ont tout changé pour les entrepreneurs nationaux.

Faciliter l’accès aux services financiers, lutter contre l’exclusion sociale à travers un taux d’insertion professionnelle élevé, éliminer la pauvreté, les raisons qui sous-tendent la création du Fonds national de la finance inclusive sont plurielles. Avant 2014, année de lancement du FNFI, des couches sociales, longtemps exclues des services bancaires classiques, éprouvaient des difficultés à bénéficier des aides. Maintenant, ce n’est qu’un lointain souvenir, surtout que l’Etat est à quelques pas d’augmenter les facilités accordées.

Page 1 sur 3