Togo/Grève des enseignants : « Les menaces et intimidations à l’endroit des enseignants ne feront qu’empirer la situation », prévient le SET

mercredi 23 mars 2022 902

Plus rien ne semble arrêter les enseignants, membres du Syndicat des Enseignants du Togo (SET) dans leur détermination à vouloir observer deux jours de cessation de travail, les 24 et 25 mars 2022. Un nouveau mot d’ordre de grève a été déposé sur la table du Ministre de la Fonction publique, du travail et du dialogue social, Gilbert Bawara, le mardi 22 mars 2022.

« Face à votre silence d’ouvrir un cadre de discussion autour de la plateforme revendicative des enseignants portée à votre connaissance par le SET et se référant à notre préavis de grève N°021/03/2022/SET en date du 9 mars 2022, nous appelons tous les enseignants du préscolaire, du primaire, du secondaire général et du secondaire technique à une cessation de travail d’une durée de 48 heures ces 24 et 25 mars 2022 », a écrit dans la note, Miwonounyue Kokou MAWOUEGNA, Secrétaire Général du SET.

Pour le SG, cette grève qui commence au matin du 24 mars à 06 heures 45 min et se termine à 17heures 00 au 25 mars, « sera reconduite si aucune suite favorable » n’est donnée à leurs préoccupations.

Le SET a par ailleurs, invité l’employeur à privilégier la voix « d’un dialogue franc » et « sincère », l’ « unique voie susceptible d’apporter l’accalmie dans le secteur de l’éducation ». Par contre, a-t-il prévenu, « les menaces et intimidations à l’endroit des enseignants ne feront qu’empirer la situation ».

En ce qui concerne la plateforme revendicative des enseignants membres du SET, ils réclament « une prime mensuelle de logement (50.000 F au moins) pour tout enseignant sans distinction en référence à la réforme de l’enseignement de 1975 » ; « une prime annuelle d’éloignement par rapport au MEPSTA (minimum 300 f/km) ; « le recrutement d’enseignants volontaires exerçant ou ayant exercé dans un établissement public pendant 3 ans au moins et disposant des qualifications professionnelles requises » ; « une allocation de mutation (100.000F minimum pour les interrégionales et 60.000F pour les intra régionales) » ; « le respect et la considération dus à notre rang et statut ».


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /htdocs/templates/ts_newslinen/html/com_k2/templates/default/item.php on line 314